Heriflogue


Heriflant

 

Bienvenue sur mon blog

Enjoy it!

 

Recommander

Jeudi 31 décembre 4 31 /12 /Déc 15:11
Vous le trouverez désormais sur

www.quiestceconnard.com


Big up !
Par heriflant
Ecrire un commentaire - Voir les 2 commentaires
Vendredi 16 octobre 5 16 /10 /Oct 18:22
Heriflant a pris la fuite pour rejoindre son troupeau...

Le lecteur pourra désormais le retrouver sur le blog - encore plus merdique - du NARCA.

Je ne donne pas l'adresse car je fais ce que je veux (et je ne la connaîs pas encore)









Par heriflant
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Vendredi 7 août 5 07 /08 /Août 09:39

Je viens de lire l'article que j'ai écrit hier, intelligement intitulé "Nouvel Article"...

Comme j'ai trouvé ça un peu nul, j'ai décidé d'écrire un autre "Nouvel Article" afin de ne pas décevoir les vieux amateurs de ce blog qui repasseraient par là après tant d'années.

D'ailleurs, j'ai pris le parti - courageux et angoissant - d'intituler "Nouvel Article" chaque nouvel article que je rédigerai.


...


Je viens de relire les trois lignes que je viens d'écrire ci-dessus.

Je suis maintenant convaincu que cet article sera un peu nul aussi... Eh bien il va falloir vous y faire !

Comme vous ne pouvez l'ignorer, mon emploi est particulièrement chronophage : je suis vérificateur d'aiguille dans une fabrique de montre haut-de-gamme.

Mon boulot consiste à regarder les aiguilles d'une montre tourner pendant une heure, afin de vérifier qu'il n'y a pas de problèmes.

Mon employeur ne souhaite pas décevoir ceux pour qui porter une belle montre est un signe définitif de réussite sociale.


Donc, à compter de ce jour, je n'écrirai que de mauvais articles. Et comme je pars demain en vacances pour trois semaines, cet article risque fort d'être le seul avant plusieurs mois.


La seule solution que j'envisage alors pour pouvoir maintenir le lecteur sous influence - pour utiliser la terminologie bloguisitique - est de mutualiser mes efforts avec ceux du collectif NARCA.

Je rappelle pour les plus jeunes d'entre vous que le Narca est considéré par les spécialistes comme le groupe de musique MQ (mauvaise qualité) le plus puissant d'Europe depuis le XIème siècle avant Jésus Christ.

Certains disent -mais je trouve que c'est exagéré - que l'avénement du Narca est le fait le plus marquant de l'épopée humaine.

D'autres affirment - sans craindre l'opprobre - qu'il conviendrait de supprimer définitivement quelques espèces animales pour le Narca.

D'autres enfin nous rendent un hommage appuyé en prétendant que la musique du Narca est la plus mauvaise qu'ils n'ont jamais entendu.

A tous ceux là, je veux dire :


"Merci"



Et je ne peux pas m'empêcher de citer l'homme au nez proéminent  :


"Lorsque les vents soufflants tiennent les flots,
On ne peut les empêcher, toute la terre est
A leur merci, toute la mer : ils abîment même les nuages du ciel
Et remuent des feux rouges sous leurs coups sauvages."



Le Narca est un peu comme ces vents soufflants que décrit Ovide, que je complèterai de ces vers utiles :


Si les Baleines savaient compter...
Elles seraient Comptables...
Ou Expert-comptables....

Si les Baleines savaient écrire...
Elles seraient Notaires
Ou Clercs de Notaires...

Mais les Baleines sont des assistées
Excusez moi d'insister !
Certes, c'est le plus gros mammifère
Mais elles n'ont rien à faire sur Terre

Le commandant Cousteau
N'est pas si costaud !!
Et Nicolas Hulot
A bien du culot !

Si les Baleines faisaient du deltaplane
Elles prendraient des risques considérables !
Si les Baleines pouvaient parler
Je leur ferai fermer leurs gueules
A ces putes !!

Par heriflant - Publié dans : L'Heriflant littéraire
Ecrire un commentaire - Voir les 2 commentaires
Jeudi 6 août 4 06 /08 /Août 22:34

Cela fait un an que je n'ai rien publié sur ce blog.

Et j'ai décidé aujourd'hui d'écrire un truc. En effet, j'ai calculé que si j'écrivais un article par an pendant 25 ans, il y aura 25 articles de plus. Et en 25 ans, c'est peu, 25 articles...

Mais bien sûr, c'est trés difficile de reprendre la plume après tant d'absence. On voudrait tout dire, rien dire, pleurer, faire rire...Et puis finalement, on improvise en 12 minutes une bonne vieille histoire de Joël...

Tout d'abord, une photo, pour se mettre en condition...






BARTAGAEN

12 décembre :

Ce type était complétement trempé. Il grelottait et restait debout, dans l'allée. Son regard était vide et c'est seulement quand le train se remit à bouger qu'il sembla prendre conscience de la situation.

Il venait d'attendre presque deux heures sous la pluie, dans cette petite gare où le seul abri s'était effondré quelques mois auparavant. En montant dans le train, il réalisait qu'il quittait un monde qui n'était décidément pas le sien.

Il chercha sa place un instant dans ce wagon quasi-vide, puis s'assit en silence en face de cette jeune femme. Au bout de quelques temps, il sentit que les battements de son coeur s'apaisaient, que son corps se réchauffait. et que son angoisse commencait à diminuer. Il se sentait revivre doucement... Il s'aventura à engager la conversation avec la fille.

"- Bonjour mademoiselle..."

La fille lui rendit un sourire magnifique. Elle était vraiment jolie. Malgré une lumière faiblarde, ses yeux resplendissaient.

Le type continua :

"-Je reviens d'un concours félin international."

Le sourire de la fille cessa instantanément.

"- Pardon?" dit-elle

"-Un concours félin, à Bartagaen. C'est un concours, on y élit le plus beau chat de race" répondit le type.

La fille eût un sourire amusé.

"-Vous plaisantez?"

"-Non, répondit le type en souriant. Ce n'est pas la première fois que je me rends à un concours de chats. Je trouve ça marrant."

"-Marrant? dit la fille avec mépris. Vous trouvez ça "marrant"?..

Le type ne souriait plus, lui non plus. Il sentait que son angoisse revenait.  Il en eu le souffle coupé quelques instants. Il reprit avec effort :

"-Je vous ai choqué? J'ai dit un truc qu'il ne fallait pas?"

"- Mais pas du tout, j'adore les chats" répondit la fille.

Joël regardait la scène du coin de l'oeil. Il regardait ce type, complétement trempé, et puis cette fille, jolie, certes, mais qui le méprisait royalement depuis le début du voyage.

Il sortit son arme.

"- OK, c'est un hold up, que personne ne bouge !!" dit-il calmement.

Un vent de panique souffla dans le wagon... Une vieille cria du fond de son compartiment.

Joël la toisa un instant , puis s'approcha d'elle doucement.

La vieille se releva un peu sur son siège, prête à risposter si son agresseur se mettait en tête de la frapper.

Mais Joël se contenta de lui dire :

"- Moi, je n'aime pas les chats"

A l'autre bout du wagon, le type complétement trempé , bien que terrorisé fit un bon sur son siège en entendant ça,. Son regard était plein de haine, mais il se mordait les lèvres pour ne pas répondre.

"-Je n'aime pas les chats... Pas les chats !!" continuait Joël en remuant son arme sous le nez de la vieille.

"-Tu aimes les chats, toi la vieille?" cria Joël

"-... O..ou.. oui..euh NON, non, non, non, je n'aime pas les chats" répondit la vieille avec une petite voix, noyée par la peur.

"- Tu aimes, ou tu n'aimes pas les chats?" continait Joël

" - Je ne sais pas... Je.."

La vieille n'arrivait plus à dire un mot. Elle était tétanisée par la peur.

Joël lui mit son canon sur la tête, puis le fit descendre sur les lèvres  et en appuyant un peu, finit par lui mettre dans la bouche.

"- Tu aimes, ou tu n'aimes pas les chats?" cria à nouveau Joël


Le type complétement mouillé ne tenait plus. Il respirait de plus en plus fort, mais restait toujours silencieux. Il regardait la fille en face de lui dans les yeux. Au bout d'un moment, sa respiration se fit plus régulière, et il commença à essayer de montrer quelque chose à la fille, juste avec le regard.

Il désignait son entrejambe.

La fille le regardait avec des yeux ronds. Elle commençait à se mettre en colère. Putain, dans un moment pareil! Ce type insistait, faisait la moue avec sa bouche, et donnait des petits coups de tête vers ses parties génitales, comme s'il voulait lui montrer quelque chose.

Soudain, il glissa sa main vers son entre-cuisse. La fille le regardait interloquée, pendant que la vieille se faisait maltraiter à l'autre bout du wagon...

La main du type complètement trempé glissa sous son pull. Il en ortit une arme.

Il se leva, et tendit son arme vers Joël.

"- MOI, J'AIME LES CHATS, SALE CONNARD !!"

Il tira trois fois, dans un bruit assourdissant.

Joël évita par miracle les deux premières balles, mais pris la troisième en pleine poitrine. Il se jeta sous un siège en se tenant le torse.

"-Putain de connard d'amateur de chats !" cria Joël à l'attention du type complètement trempé.

La fille se tenait la tête à deux mains.

Le type la regarda un instant. Puis il mit son canon sur ses seins, et remonta jusqu'à ses lèvres, et lui mis le canon dans la bouche.

"- Et toi, tu aimes les chats?"

La fille le regardait en pleurant, incapable de parler à cause du canon.

Joël se releva un instant de l'autre côté du train, et profita de ce que le type compéltement mouillé maintenait son arme dans la bouche de la jeune fille.

Il cria :

"-Connard, voici de la part de ceux qui n'aiment pas les chats!"

Et il tira deux balles, toutes les deux dans la tête du type complétement mouillé, qui s'effondra sur la jeune fille.

Joël s'approcha de la fille, en traînant une jambe, et en la visant avec son arme.

"Alors, tu aimes les chats ou pas ?"

La fille éclata en sanglot.

"-Laissez moi, je vous en prie !! "

"-Réponds juste : tu ailes, ou tu n'aimes pas les chats?"

"- Laissez moi..."

"-Réponds et je te laisse"

"..."

"-Réponds!!"

Pendant ce temps, la vieille s'était approchée tout doucement de Joël. Elle le frappa violemment avec son sac, en pleine nuque.

Joël, éjà trés affaibli, s'effondra immédiatement. La vieille ramassa l'arme, et prise de panique, tira deux fois dans le dos de Joël.

La jeune fille cria de terreur pendant quelques instants, puis finit par se calmer.

La vieille, penaude, tenait son arme pendue dans sa main droite.

Au bout d'un moment, elle redressa le canon vers la fille.

"Moi je n'aime pas les chats, lui dit-elle, et toi?"

La fille la regarda avec terreur, comme si elle avait vu le diable.

La vieille tira deux fois sur la fille : une fois dans la poitrine, une fois dans la tête.

Puis elle se donna la mort.

Par heriflant - Publié dans : L'Heriflant littéraire
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Samedi 14 juin 6 14 /06 /Juin 11:05








Comme vous avez pu le constater, j'ai largement abandonné le blog ces derniers temps. Un gros problème de temps, et puis ensuite on perd l'habitude d'écrire régulièrement,etc.

Cependant, j'ai appris ce matin que Youssef était n° 1 du top 50, devant Madonna.

C'est pourtant incroyablement nul. Je ne comprends pas cette mode de flow made in orthophoniste.

J'avais largement bavé sur Booba dans ce blog, je lui rend donc justice en mettant un son old school des Sages Po, feat. B2ba de Lunatic.

Les plus anciens se souviendront de ce track, "bien fat".


Bien cordialement
Par heriflant
Ecrire un commentaire - Voir les 1 commentaires

Inforiflant


Publicitant



 


 
Appel à chroniqueurs : Je change d'orientation professionnelle la semaine prochaine... Les horaires ne me permettront peut être plus d'alimenter le blog en articles à la con, en nouvelles débiles ou en "Qui est ce connard". Si vous voulez écrire des trucs, prévenez moi par mail. Je diffuse tout.


Herifastuce: en cliquant sur le titre, vous revenez à la page d'accueil.  Par ailleurs, s'abonner au fil RSS permet de savoir quand un article vient de paraître...


 

 Pour ceux qui aiment lire

Une nouvelle de R. Simmons est dispo en intégralité dans la rubrique "La Chambre"

Enfin, je suis ouvert à toutes propositions de textes, photos, musique ou quoi que ce soit que vous souhaiteriez diffuser sur mon blog.

Je diffuserai cela dans les articles "Le texte d'un autre"...

heriflant@hotmail.fr

 


100% Beauf

 

 

W3C

  • Flux RSS des articles
Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés